Montrer 1 - 10 de 17 résultats

  • Les études le prouvent : le malaise des adolescents se repère par les mêmes symptômes, qu’ils vivent en France ou au Vietnam, en Amérique ou en Afrique : anorexie, violence, difficultés scolaires, tentatives de suicide, drogue. Comment appliquer des pratiques thérapeutiques théorisées en Occident à des jeunes et à leur famille au Vietnam, dans un contexte culturel, familial et politique si éloigné ?
  • Le dessin est un langage, plus ou moins ésotérique. Comment est-il apparu chez l'être humain ? Comment se développe-t-il chez l'enfant ? Pourquoi la faculté de l'utiliser, sinon de le comprendre tout à fait, se perd-elle aux abords de l'adolescence ? C'est en remontant aux origines, puis en passant en revue les principales recherches sur l'interprétation des dessins d'enfants, que Jacqueline Royer élabore une méthode pratique de traduction des messages que nous adresse chaque enfant à travers la spécificité de ses dessins. En s'appuyant sur une telle synthèse, sur une expérience clinique et personnelle, l'auteure nous introduit à une meilleure écoute de l'enfant.
  • Les enfants sans famille sont aussi des enfants aux cent familles. Placés, déplacés, adoptés, migrants, ils vivent souvent douloureusement les conséquences de séparations, d’abandons, de déqualifications parentales ou de situation sociale précaire.
  • L’histoire du fils de Gulliver est un véritable plaidoyer pour le développement de l’accueil familial. En donnant la parole aux enfants et à leurs parents, le livre offre aux professionnels l’occasion de porter un regard nouveau sur cet outil d’aide et de soins, délicat à mettre en œuvre, mais irremplaçable.
  • Figure emblématique de la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Serge Lebovici contribua à former toute une génération de pédopsychiatres à orientation psychanalytique. Il fut d'ailleurs le premier, avec René Diatkine, à utiliser le psychodrame psychanalytique avec les enfants et les adolescents. Aussi, c'est à travers ce hors-série, publié presque un an après sa mort, que ses amis, ses collègues, sa famille ainsi que Le Journal des psychologues ont souhaité lui rendre hommage…
  • La violence éducative est banalisée en France, encore à notre époque. « Flanquer une bonne fessée » à un enfant turbulent est conforme à un usage plus fort que toutes les paroles dénonçant ces méthodes. Personne ne peut dire clairement ce qu'est une bonne éducation. Jacqueline Cornet a observé dans sa pratique de médecin généraliste que les enfants les plus fréquemment accidentés n'étaient pas les plus livrés à eux-même mais au contraire ceux qui grandissaient dans les milieux les plus violemment sévères.